NEWSLETTER

UBU


Texte d’après Ubu Roi d’Alfred Jarry

Adaptation et mise en scène Esther Mollo

Du vendredi 13 au samedi 28 mars 2009
au Salon de Théâtre, Tourcoing (F)

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 
 

Production : Théâtre Diagonale(Lille)
Coproduction : Région Nord - Pas de Calais, CRRAV, maison Folie Wazemmes(Lille)
Avec le soutien de : Ville de Denain
Résidence de création à La Virgule
.
Avec : Nicolas Madrecki, Amalia Modica, Alexandre Padinha, Simone Olivi
.
Vidéaste et scénographe : Philippe Martini
Création son, développement du logiciel de traitement vidéo temps-réel : Jean-Baptiste Droulers
.
Durée du spectacle : 1h30 (sans entracte)


Phototèque


La folle quête de pouvoir du couple Ubu adaptée et mise en scène par une jeune metteur en scène italienne, inspirée par les récentes campagnes électorales de part et d’autres des Alpes. Cent treize ans après sa première représentation, la pièce d’Alfred Jarry, auteur passé comme une météorite dans l’histoire des lettres françaises, reste une parabole terriblement incisive des insatiables ambitions de nos hommes politiques.



UBU

Ancien roi d’Aragon, Ubu jouit de la faveur et de la confiance du Roi de Pologne qui accueille son exil. Capitaine de dragons et Officier de confiance du roi, Ubu bénéficie même d’une confortable rente de situation. Mère Ubu, sa femme, n’est pourtant pas satisfaite de leur sort. Elle désire ardemment récupérer un rang et une fortune, et ne voit, pour parvenir à ses fins, d’autre alternative que celle de reconquérir un trône. Lui faisant miroiter des festins d’andouilles et la possibilité de s’offrir un parapluie, Mère Ubu lève les dernières réticences de son mari à fomenter l’assassinat du roi Venceslas, leur hôte... Mère Ubu saura-t-elle contrôler l’appétit et la cupidité qu’elle vient de réveiller chez son ogre d’époux ?



ESTHER MOLLO

Formée aux quatre coins du monde aux techniques du jeu, du mime, de la danse, de la mise en scène, de l’éclairage et du son, c’est à Lille qu’Esther Mollo, jeune metteur en scène italienne, s’installe et crée sa compagnie : Théâtre Diagonale. Comédienne, entre autres, pour le Living Theatre et le Théâtre de La Licorne, elle travaille également pour la télévision publique italienne et d’autres compagnies européennes, mais s’oriente plus résolument vers la mise en scène et signe, en quelques années, plusieurs créations pour le Théâtre Diagonale : Frankenstein, Bulles, K, Valentina au dessus des nuages.

Avec Ubu.. Esther Mollo dresse le portrait tristement intemporel d’un couple cupide, avide de pouvoir, capable de tout et son contraire, qui incarne nos pulsions les plus viles, nos pensées les plus amorales et nos actes les plus lâches. En confiant les rôles de Père Ubu et Mère Ubu à des acteurs italiens et brésiliens, Esther Mollo installe une distance qui ne nous renvoie que plus clairement l’image de notre quotidien. Accompagnant sa mise en scène, où le texte et le geste cohabitent symbiotiquement, de projections vidéo sur des objets en mouvement, elle nous invite à réfléchir à la maîtrise des outils de communication comme quintessence contemporaine de la pensée ubuesque, notamment dans l’exercice politique.

En résidence à La Virgule pour la création d’Ubu... le Théâtre Diagonale propose à destination des spectateurs un stage de mime (le samedi 07 mars 2009), et à destination des publics scolaires et des groupes, un ensemble de modules de sensibilisation au théâtre et de découverte du travail de mise en scène et de jeu.



Extrait

« - Mère Ubu : À ta place, ce cul, je voudrais l’installer sur un trône. Tu pourrais augmenter indéfiniment tes richesses, manger fort souvent de l’andouille et rouler carrosse par les rues.
- Père Ubu : - Si j’étais roi, je me ferais construire une grande capeline comme celle que j’avais en Aragon et que ces gredins d’Espagnols m’ont imprudemment volée.
- Mère Ubu : Tu pourrais aussi te procurer un parapluie et un grand caban qui te tomberait sur les talons.
- Père Ubu : Ah ! Je cède à la tentation. Bougre de merdre, merdre de bougre, si jamais je le rencontre au coin d’un bois, il passera un mauvais quart d’heure. »