NEWSLETTER

MADE IN CHINA


De Thierry Debroux

Mise en scène de Didier Kerckaert

Du mercredi 06 au vendredi 08 avril 2011
au Centre Marius Staquet, Mouscron (B)

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 

Production : Théâtre Octobre (Lomme)
.
Avec : Sophie Bourdon, Nicolas Dufour, Gérald Izing, Marion Laboulais, Philippe Polet
.

Scénographie et vidéo : Fanny Derrier
Assistante scénographie : Fabiana Mantovanelli
Chorégraphie : Christina Crasto
Création musicale : Benjamin Delvalle
Lumières : Manuel Bertrand
.
Remerciements particuliers à : l’École Professionnelle Supérieure d’Art Dramatique- EPSAD (Lille) , à la maison Folie Beaulieu (Lomme),
à Messieurs Michel Delissen et Louis Mortelecque
.
Durée du spectacle : 1h30 sans entracte


Phototèque


Une plongée dans les affres de la mondialisation à travers le portrait tragi-comique de cinq cadres d’entreprise luttant entre eux pour tirer le meilleur parti possible d’une délocalisation annoncée. Collaboration entre un auteur contemporain belge et un metteur en scène lillois, Made in China dresse avec l’humour implacable d’une plume féroce, un portrait au vitriol des mœurs du monde de l’entreprise et de la nature humaine.



MADE IN CHINA

Dans la salle de réunion d’une société récemment absorbée par un groupe chinois, trois cadres attendent fébrilement l’arrivée d’une directrice des ressources humaines. La jeune femme est envoyée par les nouveaux propriétaires pour choisir lequel des trois hommes partira pour Shanghai former l’équipe d’une nouvelle succursale. Nul n’est dupe sur le fait qu’à terme c’est d’une délocalisation pure et simple de l’entreprise dont il est question, et que le véritable enjeu est ici de savoir lequel d’entre eux parviendra peut-être à tirer son épingle du jeu. Néanmoins, rompus aux mœurs concurrentielles de la vie d’entreprise, accros à l’adrénaline, mais surtout soumis comme chacun à la nécessité de garder son emploi, tous se lancent avec cynisme dans la bataille. Entre espionnage, chausse-trappes, tentatives de séduction ou d’apitoiement, tous les moyens sont bons pour tenter d’obtenir le poste. Les jeux de rôles, tests de résistance au stress et autres méthodes de coaching qui se succèdent, finissent d’ailleurs par démasquer les véritables personnalités à la plus grande satisfaction d’une DRH qui n’en attendait pas moins. Si la Mondialisation prend souvent le visage d’un ouvrier occidental qui perd son emploi ou celui d’un enfant du Tiers-Monde qui coud une paire de baskets, Thierry Debroux a cette fois choisi d’aborder le sujet par une plongée dans l’univers réputé feutré des cadres aux costumes élégants et aux salaires confortables. L’humour féroce de son écriture n’en rend pas moins criant que la réalité de la globalisation des échanges n’y est ni moins amère, ni ses conséquences moins violentes qu’ailleurs. Didier Kerckaert met en scène cinq comédiens qui incarnent avec énergie et un plaisir communicatif ces personnages en prises avec eux-mêmes, combattant avec fougue les uns contre les autres, tandis que des vidéos confessent habilement les blessures et les véritables aspirations de ces gladiateurs du commerce.



DIDIER KERCKAERT

Formé à l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique du Théâtre National de Strasbourg sous la direction de Jean-Pierre Vincent, Didier Kerckaert a travaillé en tant que comédien sous la direction de Jacques Lasalle, René Loyon ou Charles Tordjman. En 1993, il fonde à Lomme le Théâtre Octobre qui dispose de la salle des Tisserands où il mène un travail de création théâtrale et de programmation. Parmi les textes principalement contemporains qu’il a mis en scène on trouve Les Voisins de Michel Vinaver, La Force de tuer de Lars Noren, La lune des pauvres de Jean-Pierre Siméon... Depuis 2002, il est également responsable pédagogique de l’Ecole Professionnelle Supérieure d’Art Dramatique (EPSAD) du Théâtre du Nord à Lille.



THIERRY DEBROUX

Né à Bruxelles en 1963, formé à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS), Thierry Debroux est auteur, comédien et metteur en scène. II est l’auteur d’une vingtaine de pièces pour la plupart publiées aux éditions Lansman telles Darwin, Le Roi Lune, Eros Médina, Le Jour de la colère ou Le Chevalier d’Eon. Il travaille également à des scénarios, récemment à des adaptations des romans d’Agatha Christie pour France 2. Il vient d’être nommé directeur du Théâtre Royal du Parc à Bruxelles où il prendra ses fonctions la saison prochaine.



La presse en parle

L’excellente équipe d’acteurs réunis par Didier Kerckaert , qui pour la première fois a inclus la vidéo dans sa mise en scène -mention spéciale à la jeune vidéaste Fanny Derrier- incarne avec une grande véracité les jeux du pouvoir et de l’amour. (...) Une guerre économique est déclarée, elle se manifeste jusque dans nos entreprises et elle peut être mortelle.
Françoise Objois, Sortir

Brillante, drôle, enlevée, la pièce aborde le thème de la violence au travail. Un sujet grave, donc. Mais mené avec un humour et un brio qui décrispent l’ensemble et font de cette création du Théâtre Octobre une pièce brillante, enlevée, drôle, enfin ! (...) Les dialogues, précis, percutants portés par cinq comédiens en forme ont fait mouche à chaque fois.
Sophie Lefèvre, La Voix du Nord

L’humour subtilement corrosif de l’auteur est ici magnifié par une belle équipe de comédiens. (...) La mise en scène est économe et efficace, ce qui va de soi pour un sujet pareil. L’utilisation de la vidéo avec lumières basse tension, permet de passer au scanner l’intimité cachée des personnages. C’est presque aussi bien que les détecteurs mis en place à l’embarquement des aéroports. Un bon conseil : empressez vous de voir et entendre, avant qu’il ne soit trop tard, ce karaoké du management à la mode. Un homme averti en vaut deux et que dire des femmes !
Paul K’ros, Liberté Hebdo