NEWSLETTER

MA TERRE HAPPY


De et avec Bruno Coppens

Mise en scène : Éric de Staercke

Du 12 au 26 octobre 2007
au Salon de Théâtre, Tourcoing (F)

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 

Production : Exquis Mots (Mons)
Coproduction : Atelier Théâtre Jean Vilar (Louvain-la-Neuve)
.
Le texte est édité par Publi-Libris
.
Musiques et décor sonore : Eloi Baudimont
Costumes et accessoires : Lily Deconinck
Décor, lumières et régie : Benoît Lavalard
.
Durée du spectacle : 1h30 sans entracte


Phototèque


Ma terre Happy, nouveau délire verbal de l’humoriste belge Bruno Coppens, s’attaque aux maux de notre planète dans une langue réinventée jubilatoire… sous l’œil aiguisé d’Éric de Staercke, qui avait déjà commis la mise en zen jouissive de Bain Zen.
Sur scène, un infomane tendance altermondidéaliste se lance dans une psycho-très-rapide de passe en rebut toute notre actualité avant de remonter à la source : comment vivions-nous au stade animal, végétal, ultra-libéral ?
Et si on essayait le stade sentimental ?



LES TROUS DE MÉMOIRES DE COPPENS

Dans sa Terre Happy, Bruno Coppens y interprète un homme obnubilé par les questions d’actualité, traitées dans les émissions télés, les journaux et magazines et à la radio d’une façon plus ou moins “people” (c’est de saison !) … Il a amené avec lui son inséparables souffleur de théâtre, dont la présence sur scène réoriente radicalement la séance thérapeutique. D’abord consultation salutaire de notre planète bleue pleine de bleus, la séance emmène bientôt le spectateur dans un endroit imaginaire et jamais exploré : les trous de mémoire ! Retour en enfance, nœuds de mouchoirs, exploration du passé, la “thérapie” suit son cours dans un délire verbal aux confins de l’absurde…



ÉRIC DE STAERKE, MÉCANICIEN DU RIRE ?

Eric De Staerke co-fonde, en 1985, le Théâtre Loyal du Trac, avec lequel il signe ses premières mises en scènes, tout en poursuivant sa carrière de comédien au cinéma et au théâtre, comme dans le Marchand de fables va passer programmé en 2002 par La Virgule, ou dans Est-ce qu’on ne pourrait pas s’aimer un peu ? spectacle qui a triomphé en France et en Belgique. À l’origine de ses mises en scène, un fervent désir de raconter des histoires, de fabriquer la machine à émouvoir, à rire, à rêver…



BRUNO COPPENS AMOUREUX...

de la langue française, créateur de délires verbaux à couper le souffle, a réussi en une quinzaine d’années à tracer une voie unique dans le domaine de l’humour belge. Il est parvenu au fil de ses spectacles à conquérir un public de plus en plus large, au-delà de nos frontières et de l’océan Atlantique nord, tout en maintenant une grande exigence au niveau des thèmes abordés et de son écriture. Très vite, il abandonne la simple juxtaposition de sketches pour inventer une histoire d’un seul tenant, et s’entoure d’artistes capables de mettre en lumière son potentiel de comédien : Eric De Staerke ou Lorent Wanson… Passant des scènes plus intimistes aux plus imposantes, il vole aussi d’exercices de styles en rubriques désopilantes comme dans le Fou du roi sur France Inter.