NEWSLETTER

LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES


DU BARON DE MÜNCHAUSEN

D’après les récits de Gottfried Burger & Rudolf Erich Raspe

Adaptation et mise en scène Hacid Boubaya

Du mercredi 23 au vendredi 25 juin 2010
Au centre Marius Staquet Mouscron, (B)

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 
 

Production : Compagnie Joker (Lille)
.
Avec Hacid Bouabaya, Bernard Debreyne, Dominique Langlais, Marie Liagre, Barbara Monin
.
Décor et costumes : Francis Debeyre
assisté de Louise Vandromme
Chant : Henri Demilecamps
Assistants : Thomas Piasecki et Pierre Boudeule
Régie plateau : Christophe Durieux
Construction décor : Francis Obled et Théo Reuvers
Régie lumière : Sylvain Liagre
.
Durée du spectacle : 2h00 (sans entracte)


Phototèque


Une plongée jubilatoire dans les incroyables péripéties d’un fantasque aventurier. Apprenant que la véracité de ses exploits passés est remise en cause par quelques misérables persifleurs, le baron de Münchausen décide de partir sur les routes pour rétablir lui même la vérité. Pour redonner vie à ses récits mirifiques, l’extravagant officier s’offre le renfort d’une troupe de comédiens ambulants. De village en village, leur charrette devient l’improbable podium des hallucinantes histoires du baron. Un spectacle festif et féerique dans la grande tradition du spectacle de tréteaux et de la commedia dell’arte, dont la compagnie lilloise a présenté à travers toute la France plus de cent représentations.



LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES DU BARON DE MÜNCHAUSEN

Le baron de Münchausen coule une retraite paisible et méritée après une carrière militaire saluée pour d’éminents faits d’armes et autres louables prouesses. Lorsqu’il apprend qu’en ville, quelques persifleurs se plaisent à mettre en doute la véracité de ses exploits passés, l’homme bondit comme un tigre et décide de battre la campagne pour laver son honneur et rétablir certaines vérités. Soucieux de convaincre son audience, l’officier engage une troupe de comédiens ambulants et leur demande de mettre leur savoir-faire à profit pour coller au plus près de ses récits proprement hallucinants. L’improbable équipe transporte alors sa modeste charrette de places de village en cours de ferme et, d’un tour de passe-passe, la transforme au fil de l’odyssée du baron. L’embarcation branlante devient ainsi une luxueuse tente ottomane quand le baron raconte comment il a parié sa tête contre le trésor d’un Sultan ; des mâts s’y dressent et des voiles se tendent lorsque l’homme prend la mer pour se retrouver bientôt piégé dans le ventre d’une baleine géante... À écouter les incroyables péripéties du bonhomme, on ne saurait dire d’ailleurs ce qui, du récit enflammé de sa romance avec Vénus ou de son voyage vers la lune à cheval sur un boulet de canon, a bien pu lui valoir le surnom de « baron de Crac ».
Depuis le XVIIIème siècle, le récit des aventures extraordinaires du baron de Münchausen a inspiré nombre d’auteurs et d’artistes. Théophile Gautier et Gustave Doré en ont ainsi livré la première version française éditée ; Georges Méliès y trouvait, lui plus tard, l’opportunité parfaite pour tester ses trucages cinématographiques ; tandis que, récemment, Terry Gilliam, illustre membre du farfelu collectif Monty Python, en proposait une version spectaculaire qui réinstallait le mythe dans le grand public. Devant le caractère à proprement parler délirant des péripéties du baron, Hacid Bouabaya a choisi de faire de ses Aventures une pièce sur l’art du mensonge dans ce qu’il a de plus théâtral. L’équipe de comédiens qui accompagne son baron déploie ainsi au service du fantastique, de l’illusion et du rêve, tout l’éventail des techniques du théâtre de tréteaux. Mais c’est aussi la bonne humeur du théâtre forain, sans oublier son caractère satirique, qui apparaît également derrière les techniques revivifiées des masques et de la commedia dell’arte. Sachant ravir les spectateurs les plus novices comme ceux plus coutumiers des salles de spectacle, ce Baron de Münchausen est une redécouverte revigorante des plaisirs simples d’un théâtre qui se soucie du plaisir de son public.



LA COMPAGNIE JOKER

Implantée à Lille, la Compagnie Joker a été créée en 1990 par Hacid Bouabaya et Barbara Monin, deux comédiens passionnés par le travail avec le masque. Après avoir fait leurs armes dans des spectacles de rue, leur rencontre avec Mario Gonzales, grand spécialiste de la commedia dell’arte en France comme à l’étranger, leur donne l’élan et le souffle d’un vrai départ. Ils travaillent dès lors à la réalisation d’un théâtre contemporain renouant avec la tradition éminemment populaire du théâtre de tréteaux et créent avec ses moyens simples et efficaces des spectacles jubilatoires : "Nous essayons d’échapper à la reconstitution historique tout en gardant l’essentiel de cette tradition qui jette un œil sans complaisance sur notre monde. Mais c’est le plaisir qui est le véritable moteur de la Commedia, plaisir du rire et de la démesure, plaisir partagé des spectateurs et des comédiens, plaisir de créer, de réinventer à chaque représentation. Plaisir de la générosité et de l’émotion."



La presse en parle

Fidèle à ses habitudes, la compagnie Joker traque le rire, le geste prime sur la parole offrant une précision du mouvement et de l’émotion. Un langage et un univers s’installent. La magie n’est pas rompue
Gilles Durant, Femina

Un spectacle extraordinaire, servi par des comédiens épatants, dans la peau de personnages sacrément toqués. C’est chaque fois un bonheur de voir évoluer ces acteurs vraiment talentueux, capables de distiller la poésie la plus subtile mais aussi l’humour le plus ravageur.
L’Observatoire du Cambraisis