NEWSLETTER

LE CERCLE DE CRAIE CAUCASIEN


De Bertolt Brecht
Mise en scène Jasmina Douieb

Avec : Jean-Michel Disthexe, Cédric Eeckhout, Catherine Grosjean, Lara Hubinont, François Neycken, Benoît Van Dorslaer et Cécile Vangrieken

Les jeudi 24 et vendredi 25 mai 2012
Théâtre Municipal Raymond Devos, Tourcoing [F]

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 
 

Production : Cie Entre Chien et loups(Bruxelles), Z.U.T.(Bruxelles)
Coproduction : Atelier 210(Bruxelles)
Avec l’aide de la Communauté Française de Belgique - Service Théâtre
Dramaturgie : Alice Latta
Musique : Pascal Charpentier
Lumière : Laurent Kaye
Scénographie : Xavier Rijs
Costumes et masques : Natacha Belova
Durée du spectacle : 2h00 sans entracte


Fuyant la révolte de son peuple, un tyran préfère sauver ses malles de vêtements plutôt que son jeune fils. Ne pouvant se résoudre à abandonner le bébé à la vindicte des insurgés, une servante s’enfuit avec l’enfant… Portrait au vitriol de la nature humaine, Le Cercle de craie caucasien valut à Bertolt Brecht bien des inimitiés. Les révolutions semblent en effet ici inciter à l’opportunisme et la versatilité plutôt qu’au courage politique et à l’altruisme. Ce conte moral - particulièrement troublant dans le contexte des « révolutions arabes » - est servi par une mise en scène extrêmement inventive de Jasmina Douieb qui, avec talent et sept comédiens sur scène, fait vivre quelques quarante personnages.

Pour tenter de départager deux kolkhozes qui se disputent la propriété d’une terre, un sage raconte une légende ancestrale : jadis, effrayé par la soudaine révolte de son peuple, le gouverneur Abaschvili et sa femme durent fuir leur palais. Plutôt que laisser derrière eux leurs riches vêtements, le couple de potentats préféra abandonner son dernier né, Michel. Une servante apitoyée par le nourrisson se refusa à le livrer à la vindicte des insurgés et emporta l’enfant avec elle. Traquée par les rebelles, la jeune femme franchit maints obstacles et accepta toutes les compromissions pour placer Michel en lieu sûr. Pendant ce temps, le nouveau régime prenait ses marques, maintenant en poste, çà et là, quelques notables notoirement corrompus afin de leur faire exécuter les sales besognes... Parmi eux, un juge extravagant à la probité douteuse et aux méthodes insolites.

Bertolt Brecht entame l’écriture du Cercle de craie caucasien en 1944 depuis son exil aux Etats-Unis, alors que les accords de Yalta viennent de sceller la division de l’Allemagne - et du monde - entre alliés occidentaux et soviétiques. Le portrait désenchanté et ambigu que l’auteur dresse ici des « révolutions », dont l’élan humaniste peut vite être supplanté par l’esprit de revanche et les appétits opportunistes, fait alors grincer bien des dents… Avec une grande inventivité et sept comédiens formidables, Jasmina Douieb fait vivre la quarantaine de personnages de ce conte moral qui n’épargne personne. Grâce à un travail remarquable sur les masques et les costumes, la fable prend vie avec limpidité et le principe de distanciation cher à Brecht revêt une dimension poétique exempte de tout didactisme. Une pièce au propos d’une actualité troublante dans le contexte des récentes « révolutions arabes ».


Jasmina Douieb

Comédienne de formation, Jasmina Douieb a pu explorer en tant qu’interprète une grande diversité des genres théâtraux : du théâtre réaliste français (Véronique Olmi) à l’expressionnisme d’Ödön von Horvath, de la commedia dell’arte (Goldoni) au théâtre de proximité avec Philippe Vauchel (Comme une scène), mais aussi de nombreuses relectures de textes classiques. Elle a très tôt eu envie de porter à la scène elle-même ses projets et, en tant que metteur en scène a notamment un temps partagé l’aventure de la Compagnie Chéri-Chéri pour qui elle a crée Yvonne, princesse de Bourgogne de Witold Gombrowicz et Une Pucelle pour un gorille de Fernando Arrabal. Elle travaille pour de nombreux théâtres belges avec des mises en scènes de textes volontairement éclectiques : Cyrano au Château du Karreveld, Bal-Trap pour La Soupape et le Théâtre de la Place des Martyrs, Révolution à La Balsamine. Elle travaille régulièrement avec le Zone Urbaine Théâtre (ZUT) de Bruxelles où elle a mise en scène notamment La Princesse Maleine de Maurice Maeterlinck, ou encore Littoral de Wajdi Mouawad récompensé par le prix Jacques Huysman et par le prix de la critique de la meilleure mise en scène.


La presse en parle :

Ce Cercle de craie (…) se réinvente ici par une énergie ludique mais construite, qui mêle grotesque, tragique et émotion. De quoi pourfendre le cliché de la fable politique datée d’une idéologie marquée. (…) Une très belle réussite portée par sept acteurs. Michèle Friche Le Soir - MADness

La fresque est foisonnante mais aussi retenue. Portant un demi-masque neutre chaque fois qu’ils entrent dans la fable, les sept acteurs se répartissent une foule de personnages qu’étoffent encore les silhouettes du décor (…) La musique bien sûr a sa place, en chœur ou en solo, dans cette parabole double - celle qui a choisi la bonté ; celui qui n’y croit plus ; celle-là, au final, tenant tête à celui-ci - dont Jasmina Douieb maintient vivaces la teneur politique comme la poésie, dans un spectacle total, généreux, intemporel. Marie Baudet La Libre Belgique