NEWSLETTER

LA 432


Un spectacle des Chiche Capon
Mise en scène de Karim Adda et Raymond Raymondson

Du mercredi 10 au vendredi 12 juin 2015
au Centre Marius Staquet, Mouscron [B]

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 
 

Productions : Les Nouveaux Gitans & Temal Productions (Paris)
Avec le soutien du Ministère de la Culture - DRAC Ile de France, de l’ADAMI et de la SPEDIDAM
Avec le soutien du Dakiling (Marseille), du Prato (Lille), de L’Esperluette (Paris), de la Cie ISIS (Pargny en Picardie)et de l’Espace Culturel Buisson (Tourlaville) pour leur accueil en résidence pendant la création du spectacle.
Avec : Fred Blin, Patrick De Valette, Ricardo Le Giudice, Matthieu Pillard
Création lumière : Mathieu Bouillon
Durée du spectacle : 1h20 sans entracte


Phototèque


Les Chiche Capon viennent à point nommé clore cette saison marquée par la création de l’année qui met à l’honneur les Fumistes et les Incohérents, lesquels cultivaient à la Belle Époque « l’art de se moquer du public sans le faire hurler - sauf de rire ». Le spectacle de ces clowns déjantés est hilarant et impossible à raconter : leur La 432 c’est la note qui résonne dans tout l’univers comme en écho au big-bang pour retrouver l’harmonie originelle. Dans un pied de nez, ils résument leur création en ces quelques mots : « Un spectacle intelligent pour les gens qui n’ont pas envie de réfléchir.  » Venir voir les Chiche Capon c’est s’attendre à tout… et surtout au meilleur.

Clowns indéfinissables et irrésistiblement drôles, les Chiche Capon sévissent sur scène depuis plus de dix ans entraînant le public dans le délire le plus total. Après s’être illustrés dans le théâtre et le cabaret, ils s’attaquent cette fois au spectacle musical. Quoi de plus fédérateur et essentiel alors, que de se lancer dans l’exploration de la note universelle, le diapason des diapasons, le fameux la 432 ? Pour des clowns qui ne sont pas musiciens, le challenge est de taille. Ils déploient des trésors d’imagination et d’ingéniosité pour parvenir à leurs fins, pour tant est qu’ils y parviennent finalement. Dans un désordre parfaitement organisé, ils enchaînent des numéros tout bonnement indescriptibles et impossibles à raconter. Entre chamailleries, imitations réciproques et autres enfantillages, ils proposent de la musique bien entendu : un beatboxer-guitariste-chanteur improbable et d’entêtantes boucles musicales au sampler qui créent des ambiances country, hip-hop ou salsa, des chansons telles Planète Aluminium et Vamos a comer… el crocodilo - complainte écrite suite à une déception sentimentale lors d’un échange scolaire -, mais aussi des scènes aux noms évocateurs : le cowboy cherchant sa cow-girl, le duo de la danseuse indienne et du fakir, une parodie de planétarium pour partir dans les limbes cosmiques du la universel, et un inoubliable costume en cellophane doté d’un étui pénien à faire pâlir plus d’un papou.

Dans ce nouveau spectacle, acclamé à Paris et à Avignon la saison dernière, on retrouve les Chiche Capon dans leurs personnages clownesques préférés : le Dingo, la Mégère, le Crooner et le Maladroit. Comme dans Le Oliver St John Gogerty, que les spectateurs de La Virgule ont pu découvrir en ouverture de la saison 2013-2014, ce spectacle ne repose pas sur une ligne dramatique forte ou des rebondissements saisissants, mais le spectacle tient parfaitement la longueur tant ces clowns maîtrisent le tempo comique et les ficelles physiques de leur art. Pour le plus grand plaisir du public qui rit à gorge déployée, ils préfèrent le grand n’importe quoi aux raisonnements poussiéreux et y réussissent avec « la malice des enfants insupportables : exaspérants mais irrésistibles.  »


Les Chiche Capon

Fred Blin, Patrick De Valette et Matthieu Pillard ont suivi la même formation à l’école de clown du Samovar. Dès 2001, ils forment Les Chiche Capon et produisent un premier spectacle à Avignon Le Saut de la mort. En 2004, ils partent faire une tournée en Palestine pour l’association Clowns sans frontières. Le trio devient un quatuor en 2005 avec l’arrivée de Ricardo Le Giudice, chanteur et musicien. Ils jouent leur spectacle partout dans le monde et en créent un nouveau en 2006, Le Cabaret des Chiche Capon. Patrick de Valette quitte la troupe entre 2009 et 2012 pour une aventure avec le prestigieux Cirque du Soleil. Ils se reforment en quatuor et créent ce nouvel opus, le La 432.

Leur étrange nom vient du roman de Pierre Véry Les Disparus de Saint-Agil, adapté au cinéma par Christian Jaque sur des dialogues de Jacques Prévert, dans lequel les élèves d’un pensionnat créent une société secrète, Les Chiche Capon. La nuit, les gamins jouent à se faire peur en se lançant toute sorte de défis qu’ils entérinent en défilant pour saluer Martin, le squelette de la classe de sciences ; celui qui se défilerait serait moqué comme le trouillard de la bande !


La presse en parle :

C’est du jeu et du plaisir pur. Une heure trente de déchaînement hors du commun. Pariscope
Imbattable dans la crétinerie flamboyante, ces clowns gentiment énervés enchaînent des numéros chantés toujours foireux. LA 432 est un cabaret artisanal sensationnel, une véritable petite bombe à déclencher les fous rire. Les 3 coups
Une entropie galopante et hilarante. Préparez-vous à pleurer… de rire. Froggy’s Delight
Un spectacle décalé, loufoque et divertissant. Figaroscope