NEWSLETTER
 

Production : La Virgule (Mouscron-Tourcoing)
Création : en 1992, coproduction de La Compagnie Jean-Marc Chotteau et du Musée des Beaux-Arts de Tourcoing, avec la collaboration de Marie-Hélène Sarrazin et de Jean-Paul Tribout
Avec : Jean-Marc Chotteau et Dominique Thomas
Assistanat : Maud Piontek
Lumières : Sébastien Meerpoel
Régie : Alexandre Roubinowitz, Jean-François Watel
Construction du décor et des accessoires : Gérard Lecluyse, Marie-Hélène Besson, Art scène, Thomas Ramon
Musique : Maria Callas La Gioconda de Ponchielli - Rap conçu par HK de « Juste cause »


Phototèque


L’ESTHÉTOCRATE


D’après Pol Bury
Adaptation, décor & mise en scène : Jean-Marc Chotteau


Mais au fait, c’est quoi un « Esthétocrate » ? Pol Bury, sculpteur belge contemporain (ami de Magritte, Ionesco, Cioran, Kundera etc., et dont les œuvres sont exposées partout dans le monde), invente ce mot pour désigner les marchands d’art, critiques d’art, fonctionnaires culturels, conservateurs qui, par leurs discours clairs-obscurs sur les œuvres, finissent par opacifier les toiles qu’ils prétendent éclairer… Condamnant l’artiste à une course au concept, leur excès de pouvoir (kratos) sur le monde de l’art, met en péril les artistes.

Ces « précieux ridicules » de notre temps découragent parfois d’emprunter le chemin des musées… et des théâtres. C’est ce qui a motivé le « coup de gueule » de Jean-Marc Chotteau, qui réalise ici une comédie « esthétique », où sont irrésistiblement commentés… les commentaires, qui n’ont cessé de couler des urinoirs de Duchamp, comme des monochromes, des bleus Klein, et autres scarifications de Gina Pane.
Une joute aussi désopilante que... féroce !

"Outre les effets techniques, le génie tient à la finesse de l’humour" Mirabelle Gallego, Liberté Hebdo

"Le théâtre entre au musée : une entrée tonitruante et décapante... Des tableaux aussi drôles que loufoques se succèdent à un rythme effréné... Grincheux s’abstenir ! L’humour est roi et les clins d’œil fusent..." Geneviève Rolland, La Croix Magazine

"Le plus beau du spectacle, c’est la mise en image de ce texte. Certains tableaux sont sublimes" Jacques Coulardeau, Liberté

"C’est drôle, incisif, impertinent. Une jubilation décapante" Michel Voiturier, Le Courrier de l’Escaut

"Une pièce rebondissant avec insolence sur le thème de la critique artistique… Saynètes se succédant telles des brèves ponctuées de délicieuses chutes… Un style débridé qui fissure allègrement le piédestal de cette (pseudo ?) intelligentsia artistique"
Djamel Mezzin, Nord Eclair

"Une pièce décapante, pleine d’à propos et menée rondement... On rit beaucoup... Le décor est une merveille..." Pascal Foveau, Liberté Magazine

"Un vrai raffinement d’esthète (...) Le roi est aussi nu qu’une incertaine directrice de magazine dans sa tonitruante autobiographie, et sa cour l’habille d’amphigouris. Le dire, c’est déjà pas si mal. En rire, c’est encore mieux !" Roland Duclos, La Montagne