NEWSLETTER

HUIS CLOS


De Jean-Paul Sartre
Mise en scène Agathe Alexis & Alain Alexis Barsacq

Du jeudi 02 au samedi 18 octobre 2014
au Salon de Théâtre, Tourcoing [F]

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 
 

Production : Cie Agathe Alexis (Paris)
La Compagnie Agathe Alexis est conventionnée par le Ministère de la Culture, DRAC Ile de France
Ce spectacle a été créé au Théâtre de l’Atalante à Paris le 10 avril 2013

Avec : Agathe Alexis, Jaime Azulay / Grégory Fernandès, Bruno Boulzaguet, Valérie Dablemont

Assistanat à la mise en scène : Grégory Fernandès
Scénographie et costumes : Robin Chemin
Réalisations sonores : Jaime Azulay
Lumière : Stéphane Deschamps
Chorégraphie : Sophie Mayer
Durée du spectacle : 2h00 sans entracte


Phototèque


Agathe Alexis et Alain Alexis Barsacq, qui ont marqué de leur empreinte le théâtre dans le Nord - Pas de Calais en dirigeant pendant douze ans la Comédie de Béthune - Centre Dramatique National, reviennent dans la région, à La Virgule, avec un classique contemporain emblématique de l’existentialisme. Le Huis clos de Sartre se fait l’ultime procès de trois personnages enfermés pour l’éternité dans une petite pièce, l’Enfer. Les questions assassines auxquelles ils se soumettent l’un l’autre, révèlent la véritable nature que chacun d’eux tentait de dissimuler derrière un masque d’innocence. Une joute oratoire acide que les comédiens investissent avec précision et sobriété, pour lui rendre toute sa force, sa profondeur et sa modernité.

Un garçon d’étage fait entrer l’un après l’autre trois personnages dans un lieu improbable, qui se révèlera être l’Enfer. Garcin d’abord, journaliste pacifiste qui vient d’être fusillé, Inès ensuite, employée des Postes morte asphyxiée, Estelle enfin, femme du monde morte d’une pneumonie. Ils ne se connaissent pas, viennent d’univers très différents et ne partagent ni les mêmes convictions, ni les mêmes goûts. Tous, par contre, affirment ne pas connaître les raisons qui les ont conduits là. Ainsi débute un huis clos tendu et oppressant. Tous trois s’interrogent sur leur damnation, mais tentent de se cacher sous le masque de la mauvaise foi. Chacun a besoin des autres pour exister, chacun prend conscience de soi dans la discussion avec un alter ego ; mais le regard de l’autre et son inévitable jugement représentent aussi une menace... Au fil des discussions, chacun de ces trois êtres se démasque, révélant sa véritable nature et une vérité moins glorieuse ou innocente qu’il ne laissait paraître.

Pièce en un acte, écrite en 1943 sous l’Occupation et jouée pour la première fois au théâtre du Vieux Colombier le 27 mai 1944, à quelques jours du Débarquement, Huis clos est aujourd’hui devenu un classique du théâtre contemporain. « L’Enfer c’est les autres », célébrissime réplique de la pièce, pourrait même passer pour le slogan théâtral de l’existentialisme, philosophie qui refuse le déterminisme et laisse l’homme libre et responsable de ses choix et de ses actes. La mise en scène sobre d’Agathe Alexis et Alain Alexis Barsacq vise à « faire parler le texte », à rendre sa juste dimension à l’effet révélateur et créateur du langage. Les comédiens, parfaitement investis dans leurs personnages, transmettent le texte de Sartre avec une salutaire précision. L’espace confiné de la petite chambre d’hôtel, figurée uniquement par quelques objets, rend littéralement les personnages prisonniers du regard des autres - et du public. Cette promiscuité réelle pousse les personnages dans leurs retranchements, comme le fait aussi l’effet d’un temps élargi, provoqué par le choix de Sartre de faire succéder à quatre courtes scènes une cinquième scène hypertrophiée plongeant les personnages dans l’horizon infini d’une éternité qu’ils s’apprêtent à passer ensemble.


Agathe Alexis & Alain Alexis Barsacq

Actrice et metteur en scène, Agathe Alexis a été formée au conservatoire d’art dramatique de Toulouse. Elle travaille ensuite comme actrice entre autres sous la direction d’Armand Gatti, de Jacques Lassalle, de Jacques Rosner, de Christian Schiaretti, de Bernard Sobel, de Jean-Pierre Vincent. Ses mises en scène se portent notamment sur des textes de Labiche, Zola, Marivaux ou bien encore Avant la retraite de Thomas Bernhard et Le Pain Dur de Paul Claudel présentés lors de saisons précédentes de La Virgule.
Après des études d’architecte, Alain Alexis Barsacq signe des scénographies et se lance dans la mise en scène. En 1977, il fonde la Compagnie des Matinaux et ouvre à Paris l’Atalante qu’il dirige toujours aujourd’hui. Ses mises en scène portent sur des pièces d’Anna Seghers, d’Eugène Labiche, d’Harald Mueller, de Rémi De Vos et de Friedrich Dürrenmatt
Ils sont tous deux membres du collectif de metteurs en scène (avec Christian Schiaretti) qui dirigea le théâtre de L’Atalante à Paris entre 1984 et 1991, puis codirigent la Comédie de Béthune, Centre Dramatique National du Nord - Pas-de-Calais de 1992 à 2004. Agathe Alexis dirige depuis la compagnie qui porte son nom ; Alain Alexis Barsacq est directeur de la Compagnie des Matinaux et du Théâtre de L’Atalante.


La presse en parle :

La maîtresse du jeu, Agathe Alexis est impériale. Elle instille son poison avec maestria. Ainsi jouée, la pièce de Sartre est continuellement vivante, chaque mot est habité. La philosophie, pour notre plaisir, se fait chair et acte. Télérama
Le jeu accorde toutes ses chances au texte, si habilement intelligent. Inès et Estelle conduisent magnifiquement ce bal des maudits en femmes à jamais fatales. L’Humanité
L’enfer, c’est les autres est ici rendu à sa signification. Jouant sur une scénographie très esthétique, Agathe Alexis signe une mise en scène impeccable. Pariscope
C’est sans conteste l’une des meilleures visions de Huis Clos qu’on ait vu ces dernières années. L’Avant-Scène
Ce théâtre raisonneur, démonstratif, prend ici un bain de jouvence. Agathe Alexis incarne une Inès diabolique et auréole le spectacle d’émotion et de fascination. Le Canard Enchaîné
Parfaitement et sobrement incarnée, vive, la pièce ne lâche jamais un fil tendu qui offre une nouvelle modernité. Le Journal du dimanche.
C’est magistral ! On rit, grince, gémit. C’est une infernale délectation. Froggy’s Delight