NEWSLETTER

Des souris et des hommes


D’après le roman de John Steinbeck

Mise en scène de Jean-Philippe Évariste et Philippe Ivancic

Du mardi 19 au jeudi 21 octobre 2010
au Centre Marius Staquet, Mouscron [B]

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 
 

Production : En Toutes Circonstances (Paris)
Spectacle créé en collaboration avec le théâtre 13 à Paris, avec le soutien d’Agnès b, de la Mairie de Paris et de l’ADAMI
.
Adaptation : Marcel Duhamel
Direction d’acteurs : Anne Bourgeois
.
Avec : Jacques Bouanich, Emmanuel Dabbous, Henri Deus, Jean-Philippe Évariste, Bruno Henry, Jacques Herlin, Pascal Ivancic, Philippe Ivancic, Gaëla Le Devehat, Philippe Sarrazin
.
Lumières : Jacques Rouveyrollis
Décors : Jean-Philippe Evariste et Philippe Ivancic
Costumes : Emily Beer
Musique : Bertrand Saint-Aubin
.
Durée du spectacle : 1h50 sans entracte


Phototèque


Dix comédiens interprètent le célèbre drame réaliste de John Steinbeck.
Adaptée et mise en scène avec sobriété, la fable revêt toute sa puissance et son évidence tragique. Des souris et des hommes offre le portrait poignant et sans fausses illusions d’une amitié à la vie à la mort, une ode à la solidarité et à la tolérance dans le contexte économique précaire de la Grande Dépression.



DES SOURIS ET DES HOMMES

Alors que, dans les années 1930, la Grande Dépression frappe les États-Unis, deux amis parcourent les routes de Californie à la recherche de travail. George et Lennie s’échinent à réunir le pécule qui leur paierait la petite ferme qu’ils désirent tant pour se poser enfin et vivre sans patron du fruit de leur travail. Mais l’émotivité infantile de Lennie, colosse à la force incontrôlée, lui attire souvent des ennuis qui obligent alors les compères à fuir en abandonnant tout derrière eux. Dans les ranchs où ils échouent, rares sont les ouvriers qui se permettent encore de rêver d’une vie meilleure : la plupart trompent d’ailleurs leur solitude en flambant leur salaire dans les « claques » et les saloons. Dans cet univers de labeur et de précarité, le quotidien semble bel et bien le seul horizon accessible. Ainsi, quand un joli brin de fille se rêve actrice à Hollywood, elle se contente de tuer l’ennui en jouant la vamp aguicheuse devant de pauvres hères esseulés, promesse de problèmes à venir. L’amitié de George et Lennie se trouve en effet bientôt conduite dans une impasse tragique.

Dix comédiens, salués par la presse pour la justesse et la force de leur interprétation, prêtent vie aux personnages du célèbre roman réaliste de John Steinbeck, auteur américain
compensé du Pulitzer Prize pour Les Raisins de la colère, son autre fresque californienne sur le monde paysan. Adaptée et mise en scène avec sobriété, la pièce offre aux personnages leur véritable dimension de « caractères » : Lennie Small, le colosse au patronyme ironique, côtoie ainsi Slim le « finaud » ou Candy un bon bougre au coeur tendre. La fable gagne ainsi en puissance et en émotion, et le récit entre dans une évidence tragique implacable. Des Souris et des hommes est une touchante histoire d’amitié à la vie à la mort, une peinture sans concession de la nécessité aussi libératrice qu’astreignante qu’ont les hommes à chercher dans leurs congénères les soutiens et les compagnons
pour construire ensemble des rêves et donner un sens à leur vie.



JEAN-PHILIPPE ÉVARISTE ET PHILIPPE IVANCIC

Comédiens, Jean-Philippe Evariste et Philippe Ivancic, que les spectateurs de La Virgule ont pu découvrir la saison dernière dans Le Vol de Kitty Hawk, ont travaillé ensemble sur ce projet en faisant, selon leurs propres mots, « le pari de l’émotion, de la poésie et de l’amitié ». Sous la direction d’acteurs d’Anne Bourgeois, ils ont réuni une troupe de comédiens avec l’ambition d’être au plus près des situations du roman, de sa puissance mythique et de son message émotionnel. Ils se sont adjoint le talent de techniciens au talent reconnu tel Jacques Rouveyrollis qui signe ici la lumière.



La presse en parle

Une soirée absolument formidable, avec dix comédiens épatants.
France Inter

Grande dépression à l’Ouest énorme passion dans la salle. On est captivé de bout en bout par ce drame magistralement interprété, une justesse et une sobriété qui en magnifient la portée.
Le Courrier de l’Ouest

Ce n’est qu’à la pluie d’applaudissements que nous nous rappelions notre irréductible fonction de spectateur. N’est-ce pas quand s’estompent ses contours que le théâtre parvient à ses fins.
L’Humanité

Le spectacle est majestueux. Une des plus belles créations de cette rentrée théâtrale.
Le Figaro