NEWSLETTER

LES FEMMES SAVANTES


De Molière
Mise en scène d’Armand Delcampe

Jeudi 19 et vendredi 20 mars 2015
au Théâtre Municipal Raymond Devos, Tourcoing [F]

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 
 

Production : Atelier-Théâtre Jean Vilar (Louvain-la-Neuve), Festival Royal de Théâtre de Spa
avec la participation du Centre des Arts Scéniques.
Avec : Patrick Brüll, Morgane Choupay, Agathe Détrieux, Alain Eloy, Marie-Line Lefebvre, Julien Lemonnier, Pierre Poucet, Freddy Sicx, Valéry Stasser, Cécile Van Snick, Jean-François Viot, Nathalie Willame
Éclairages : Jacques Magrofuoco
Décors et costumes : Gérard Watelet
Durée du spectacle : 1h45 sans entracte


Phototèque


L’équipe belge de l’Atelier-Théâtre Jean Vilar de Louvain- la-Neuve propose cette insolente comédie de Molière, qui devient, dans la mise en scène par Armand Delcampe, une joyeuse réflexion sur l’émancipation des femmes, en en soulignant la nécessité et sans craindre d’en moquer les excès. La jubilation d’un classique qui parle avec humour et perspicacité de questions toujours actuelles.

Las d’attendre les faveurs d’Armande, qui préfère se consacrer entièrement aux « beaux feux de la philosophie », Clitandre a courtisé sa jeune sœur Henriette. Les jeunes gens s’aiment maintenant d’un amour simple et sincère et espèrent recevoir la bénédiction de leurs parents pour leur mariage. Si le père et l’oncle de la jeune fille sont favorables à cette idylle, Philaminte, la mère de la jeune fille, qui mène son monde au gré de ses caprices, veut, elle, marier cette dernière à Trissotin, son maître de philosophie qu’elle vénère. Le bonhomme, prétentieux et ridicule poète, raisonneur de bas étage, ne fait guère illusion qu’auprès de Philaminte, de sa belle-sœur Bélise et d’Armande. Mais nul ne contrariait jusqu’alors les velléités des trois femmes à se former aux choses de l’esprit. Pour ouvrir les yeux de ces « femmes savantes » sur les véritables motivations de leur faux maître à penser mais véritable coureur de dots, Henriette et les hommes de la famille entreprennent avec un malin plaisir de démasquer le pédant professeur.

Classique parmi les classiques, Les Femmes savantes est une dénonciation jubilatoire et salutaire des excès de glose des pseudos penseurs et des esthètes ronflants, ainsi qu’une remise en cause des dérives de la pourtant nécessaire émancipation des femmes. L’équipe d’acteurs aguerris de l’Atelier Théâtre Jean Vilar, dirigée dans les règles de l’art par Armand Delcampe, grand connaisseur de l’œuvre de Molière, investit le registre comique de la pièce avec brio. Les pédants sont ridicules à souhait, les costumes enrubannés et bariolés accentuent le panache et la drôlerie de leurs risibles saillies. Ces Femmes savantes prouvent l’intemporalité des classiques, qui, même présentés dans le respect de leur facture classique, demeurent des œuvres qui parlent du monde actuel.


Armand Delcampe

Docteur en droit, comédien et metteur en scène, Armand Delcampe crée en 1975 l’Atelier Théâtre de Louvain-La Neuve. Transformé en 1999 en Atelier Théâtre Jean Vilar, ce théâtre incontournable en Belgique accueille sur les plateaux de ses trois salles comédiens confirmés et jeunes talents fraîchement sortis des écoles. En 40 ans de carrière, Armand Delcampe a joué ou mis en scène plus de cent pièces, de Molière à Goldoni, de Claudel à Schnitzler, de Pierre Rey à Jean Louvet, de Beckett à Pirandello. Il a travaillé au côté d’artistes tels Ariane Mnouchkine ou Otomar Krejca qu’il a fait découvrir au public belge. Il a travaillé pendant huit ans avec Paul Puaux au Festival d’Avignon - la France le fait d’ailleurs Officier des Arts et des lettres, et le désigne en 1986 personnalité internationale de l’année pour le Théâtre. Il a fondé et dirigé pendant vingt ans les Cahiers théâtre Louvain, a participé à des dizaines d’ouvrages et publié Mon chemin de théâtre.
Depuis 1999, il dirige et programme avec Cécile van Snick le Festival Royal de Théâtre de Spa, événement estival majeur en Belgique.


Le presse en parle :

La force de ces Femmes savantes tient à la qualité de ses interprètes. (...) Dans le registre de la performance hilarante, Cécile van Snick l’emporte avec un personnage de vieille foldingue qu’elle joue avec une énergie et une fougue qui rappellent les belles heures de Jacqueline Maillan. Le Soir
Une distribution unie dans une mise en scène fluide et attentive, d’une efficacité sans faille. La Libre Belgique