NEWSLETTER

LE MARIAGE DE FIGARO


de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais
Mise en scène de Jean-Paul Tribout

Jeudi 18 et vendredi 29 avril 2016
au Théâtre Municipal Raymond Devos, Tourcoing [F]

Spectacle à l’abonnement


> Retour aux autres spectacles de la saison


 
 

Production : Scène et Public (Paris)
Coproduction : Sea Art (Paris), Ville de Saint Germain en Laye
Avec : Éric Herson-Macarel, Marie-Christine Letort, Claire Mirande, Agnès Ramy, Alice Safarti, Thomas Sagols, , Marc Samuel, Xavier Simonin, Jean -Marie Sirgue, Pierre Trapet, Jean-Paul Tribout
Lumières : Philippe Lacombe
Costumes : Aurore Popineau
Décor : Amélie Tribout
Durée du spectacle : 1h45 sans entracte
Jeudi 28 avril 2016, rencontre avec l’équipe artistique à la fin de la représentation


Phototèque


Au matin de leurs noces, Figaro et Suzanne filent le parfait amour. Mais la jeune femme est contrariée. Le Comte Almaviva, leur maître, qui la poursuit déjà de ses ardeurs à chaque absence du valet, entend rétablir son droit de cuissage pour disposer des faveurs de Suzanne avant qu’elle ne lui échappe définitivement en devenant une épouse respectable. Figaro, rageur et pétri d’amertume de s’être fait mener en bateau avec ces missions aux quatre coins du monde, engage toute sa malice dans un stratagème qui s’opposera aux volontés du Comte et le vengera au passage. Pour occuper l’attention d’Almaviva, Figaro lui fait adresser une lettre anonyme prétendant une liaison de la Comtesse avec un jeune galant. Et pour temporiser la hardiesse du Comte, le valet lui fait donner rendez-vous : au soir tombé, Suzanne lui cédera enfin dans le parc ; Chérubin, le page de la maison, se rendra au rendez-vous déguisé en femme, pendant que Figaro et sa promise convoleront en justes noces. Les personnages hauts en couleurs qui fréquentent le château, leurs béguins jamais réciproques et sources de tous les quiproquos, vont transformer le plan de Figaro en un embrouillamini propice aux situations les plus périlleuses et les plus drôles.

« Tout a été dit sur Le Mariage de Figaro, toutes les analyses faites, toutes les lectures envisagées, une chose est sûre, nous sommes en présence d’un chef d’œuvre. Quelle fut l’influence et la portée politique du texte ? Personnellement, je n’imagine pas Beaumarchais taillant sa plume pour préparer la prise de la Bastille, mais plutôt utilisant son génie de dramaturge joyeux pour soutenir les revendications d’une classe montante, la bourgeoisie, et pour réclamer dans tous les domaines la liberté. On trouve dans Le Mariage des thèmes nouveaux : Figaro, contrairement à Scapin dont il est inspiré, ne travaille pas comme le héros de Molière pour ses jeunes maîtres, mais pour lui-même. On y entend une apologie de ce qu’on appellerait aujourd’hui la méritocratie et un plaidoyer pour les femmes aux accents franchement féministes. Mais pour faire passer toutes ces idées neuves Beaumarchais utilise une arme imparable : le rire.

Le bonheur est une idée neuve en Europe ! La phrase célèbre de Saint Just s’applique à merveille au texte de Beaumarchais et guide mon travail. La base même du comique de Beaumarchais c’est le style : jongleries spirituelles, naturel des naïvetés, richesse de la fantaisie. Son art lui permet d’enchaîner par exemple, le très sérieux monologue de Figaro avec la folle partie de cache-cache du dernier acte. J’ai souhaité, dans ma mise en scène, mettre en exergue la gaité et l’optimisme qui caractérisent ce texte. L’univers visuel est inspiré de Fragonard avec ce mélange de sensualité libertine et de légèreté empreinte d’humour que l’on retrouve aussi dans le jeu des comédiens. Le sous-titre « La folle journée » est l’axe principal du spectacle, la rapidité tourbillonnante et vaudevillesque entraîne les personnages et les spectateurs à la suite de Figaro sans jamais accentuer la charge progressiste du texte. L’évidence n’a pas à être surlignée !  »

Jean-Paul Tribout


Jean-Paul Tribout

Comédien, Chevalier des Arts et des Lettres, Jean-Paul Tribout a joué au cinéma sous la direction de René Clément, Jacques Doillon, Alain Resnais, André Cayatte ou Roger Hanin. Il joue pour la télévision dans nombreux téléfilms et séries, devenant par exemple l’inoubliable inspecteur Pujol des Brigades du Tigre. Parallèlement, Jean-Paul Tribout travaille continûment pour le théâtre, apparaissant dans plus de quatre-vingts productions, passant du théâtre public au privé auprès de metteurs en scène aussi différents que Roger Planchon, Jacques Rosner, Agathe Alexis, Daniel Colas ou Michel Galabru.
Son travail de metteur en scène le porte à s’intéresser le plus souvent à des textes méconnus d’auteurs célébrissimes. Aussi lui doit-on quelques surprenantes redécouvertes : Zoo ou l’assassin philanthrope de Vercors, Nekrassov seule comédie de Jean-Paul Sartre, ou encore Donogoo de Jules Romain. En 2011, sa création du Vicaire de Rolf Hochhut, saluée par le public et la presse, a ranimé une vive polémique sur l’action du Vatican pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Les spectateurs de La Virgule ont pu découvrir récemment sa mise en scène du « vaudeville des vaudevilles », Monsieur chasse de Feydeau.
Jean-Paul Tribout assure depuis 1996 la direction artistique du Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat et, de 2005 à 2011, celle du Festival de la comédie de Dax.


La presse en parle

La mise en scène met en lumière le côté pétillant de ce théâtre aux formes si diverses et au rythme entraînant. Éric-Herson Macarel (Figaro) promène une intarissable bonne humeur, Suzanne est jouée par Agnès Ramy avec beaucoup de charme et de fraîcheur. La salle applaudit debout.
Le Canard Enchaîné

Nous en sommes sortis inondés de bonheur. Dans une mise ne scène sobre et rythmée, Jean-Paul Tribout a réuni une dizaine de comédiens. Ils jouent la pièce dans sa vérité, avec tout ce qu’il faut de vivacité.
Le Figaro Magazine

Une mise en scène superbement rythmée, des acteurs investis et un excellent Figaro.
L’Avant-Scène

Le spectacle est d’une grande probité, d’une grande clarté. Décor minimal, costumes harmonieux, troupe de qualité unie dans une alacrité lumineuse. On retrouve avec bonheur ces personnages qui appartiennent à l’histoire de la littérature.
Le Figaro

Herson Macarel prête à Figaro sa fougue, sa générosité et son talent.
Pariscope

Rapide, virevoltant, drôle, ce Mariage de Figaro tient toutes ses promesses.
Point de vue

On ne peut que souscrire à ce Mariage pour tous.
Le Nouvel Observateur