NEWSLETTER

L’Établi


d’après L’Établi de Robert Linhart

Mise en scène d’Olivier Mellor

Compagnie du Berger (Amiens)

Spectacle proposé à l’abonnement

Du 4 mars 2020 au 5 mars 2020

Centre Marius Staquet, Mouscron [B]

.
• mercredi et jeudi à 20h
.
Jeudi 05 mars, rencontre avec l’équipe artistique
à la fin de la représentation

Réserver / s'abonner

 

Production : Compagnie du Berger (Amiens)
Coproduction : Centre culturel Jacques Tati (Amiens)
.
Avec : Emmanuel Bordier, François Decayeux, Hugues Delamarlière, Hakim Djaziri, Romain Dubuis, Éric Hémon, Séverin “Toskano” Jeanniard, Olivier Mellor, Stephen Szekely, Vadim Vernay
et la voix de Robert Linhart
.
Adaptation : Marie Laure Boggio, Olivier Mellor
Avec le concours de Robert Linhart
Musiciens, musique originale : Séverin “Toskano” Jeanniard, Romain Dubuis, Vadim Vernay, Olivier Mellor
Création son : Séverin Jeanniard, Benoit Moreau, Vadim Vernay
Régie son : Benoit Moreau
Régie générale, costumes : Marie Laure Boggio, Caroline Corme
Scénographie : Olivier Mellor, François Decayeux, Séverin “Toskano” Jeanniard
avec le concours du Collectif La Courte Échelle
Création et régie lumière : Olivier Mellor
Photos, vidéos : Ludo Leleu, Mickael Titrent
Régie vidéo : Mickaël Titrent
Illustrations, affiche : Bernard Chadebec, Philippe Leroy
.
Avec le soutien de l’Association L’Îlot (Amiens), la Chapelle-Théâtre (Amiens), Conseil Régional Hauts de France, Département de la Somme, Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Hauts de France, Amiens-Métropole, PICTANOVO, SPEDIDAM
La Compagnie du Berger est « compagnie associée » et fondatrice de la Chapelle-Théâtre (Amiens)
La Compagnie du Berger est également « compagnie associée » au Centre culturel Jacques Tati (Amiens)

.
L’Établi est paru aux Éditions de Minuit (Paris)
.
Durée du spectacle : 1h30 sans entracte
.
Tout public à partir de 15 ans


Vidéo

Phototèque


On appelait « établis » les militants intellectuels qui, à partir de 1967, s’embauchaient, « s’établissaient » dans les usines ou les docks. Robert Linhart a fait partie de ceux-là.
En 1978, il en tire le livre L’Établi dont le spectacle est ici l’adaptation. Y sont décrits les dérives racistes des « petits chefs », les hommes interchangeables, la modernisation au détriment de l’accompagnement social, les humiliations subies pour le travail « bien fait » par les ouvriers de la part de technocrates sûrs de leur savoir théorique, la nébuleuse des improductifs qui commandent la production pour plaire à ce lointain qui empoche les dividendes.
Réunissant dix comédiens et musiciens sur scène, Olivier Mellor et son équipe amiénoise de la Compagnie du Berger plongent les spectateurs dans un univers fait de bruit, de métal, de cadences à tenir, de camaraderie et de luttes sociales.
«  Essayez donc d’oublier la lutte des classes quand vous êtes à l’usine : le patron, lui, ne l’oublie pas !  »



L’ÉTABLI

Dix ans après mai 68, Robert Linhart, auteur singulier, sociologue engagé, inventif, décoche un roman essentiel. Tout à la fois essai, témoignage, constat et bilan d’un mouvement, celui des Établis : des intellectuels, diplômés, intégrés, proches du Maoïsme, qui, à partir de 1967, s’engagèrent volontairement sur les chaînes de montage automobile. Lui-même, s’engagea chez Citroën, Porte de Choisy, au bord du périph’. Pour éprouver l’usine, comprendre et soutenir la masse ouvrière, faire des rencontres, changer le système en son cœur-même. Et pour en rendre compte.
Paru aux Éditions de Minuit, L’Établi livre un témoignage juste, sans afféterie, mais avec un vrai style littéraire. Un roman sociologique où l’auteur de 35 ans revient sur son immersion dans une jungle de compromis, de bruits, de banlieue. Une époque où se télescopaient idéaux et morne réalité.
Sur scène, un narrateur, l‘Établi. Neuf acteurs pour l’aider à (se) jouer (de) tous les autres : les ouvriers, les petits patrons, la société. Quelques archives et beaucoup de matière sonore, autour de la musique jouée en live. Comme un bruit de fond, persistant, qui empêche la concentration, mine le recul nécessaire pour ne pas devenir fou, usé, obsolète.
À travers des projections de photos, de vidéos, de documents d’époque, L’Établi se fait terrain d’exploration. Le spectacle se vit comme les dix mois de questionnements et d’étonnements du sociologue dissimulé, un tunnel d’expériences humaines et inhumaines, dans le rythme des machines, des horaires, du rendement, des cadences.



OLIVIER MELLOR et LA COMPAGNIE DU BERGER

Comédien et musicien, Olivier Mellor se forme à l’ENSATT à Lyon où il rencontre celles et ceux qui l’accompagnent encore aujourd’hui dans la Compagnie du Berger. Il y reçoit l’enseignement d’Alain Knapp, Nada Strancar, Isabelle Nanty ou encore Élisabeth Chailloux qu’il rejoint au Théâtre des Quartiers d’Ivry à sa sortie de l’école en 1998.
En 2002, il « relocalise » sa compagnie en Picardie, mène d’abord plusieurs projets à Albert, puis, durant presque cinq ans, dirige le CinéThéâtre Le Pax à Quend-Plage. S’en suivent deux saisons de résidence au Théâtre des Poissons de Frocourt, près de Beauvais.
De 2010 à 2013, il est artiste associé à la Comédie de Picardie à Amiens où il crée entre autres Le Dindon de Feydeau, Knock de Jules Romains, Dialogues d’exilés de Brecht, Oliver Twist d’après Dickens ou Cyrano de Bergerac de Rostand.
En 2012 la Compagnie du Berger devient compagnie associée au Théâtre de l’Epée de bois - La Cartoucherie à Paris, et, en 2019, au Centre Culturel Jacques Tati à Amiens.



La presse en parle

Un texte essentiel et un spectacle magnifique.
Jérôme Garcin, Le Masque et la plume

Dix acteurs et musiciens font de la représentation un espace-temps inouï de justesse. (...) Ils font bloc, comme un vrai collectif soudé quoiqu’il advienne, autour d’une même nécessité. C’est le plus bel hommage qu’on pouvait rendre au texte de Linhart. Ce théâtre-là émeut, mais, surtout, fait sens. Et ça, c’est énorme.
Fabienne Pascaud, Télérama

On y croit. (...) Un passionnant théâtre-documentaire.
Gérald Rossi, L’Humanité

Olivier Mellor s’empare de L’Établi et met le paquet : dix comédiens, quatre musiciens, un décor spectaculaire et du mouvement sans cesse.
Jean-Luc Porquet, Le Canard Enchaîné

Un spectacle époustouflant à ne pas rater, condensé d’une époque qui a fortement marqué le monde ouvrier.
Laurent Schneiter, Théâtres