NEWSLETTER

Brel est une langue vivante


Lecture-spectacle imaginée et dirigée par Jean-Marc Chotteau

La Virgule (Tourcoing-Mouscron)

À partir de 13 ans

Salon de Théâtre, Tourcoing [F]
du mardi 18 au vendredi 28 mai 2021
représentations en matinéesur demande - jauge maximale 79 places

Réservation obligatoire
Informations sur les disponibilités : rp@lavirgule.com



 

Production : La Virgule (Mouscron-Tourcoing)
.
Avec : Carole Le Sone et Éric Leblanc
.
Lumière et régie : Éric Blondeau
.
Durée : 1h10 sans entracte
.
Tout public à partir de 13 ans


C’est à l’invitation d’instituts français des Balkans que Brel est une langue vivante fut créé par La Virgule. L’accueil du public fut tel que Jean-Marc Chotteau s’est décidé à le présenter cette saison dans sa programmation offerte à l’abonnement.
Après le spectacle Je dis tu à Prévert, et avec la même ambition de faire entendre notre langue française dans sa capacité à être à la fois poétique et populaire, ce sont les textes des chansons de Brel que Jean-Marc Chotteau a choisi de faire vivre sous la forme simple et légère d’une lecture-spectacle, et l’éclairage nouveau de quelques-unes de ses interviews et de la biographie écrite par sa fille, France Brel. Mais le spectacle ne prétend pas être un récital ni un biopic. Il ne donne pas à voir lʼhomme : il le fait simplement entendre, à travers des textes non chantés mais littéralement joués, mis en jeu, pour en faire ressentir les grandes qualités littéraires et dramatiques et en faire partager, autrement, les émotions, les sourires, et les audaces.



BREL EST UNE LANGUE VIVANTE

"Papa est allé conduire maman puis est allé aux bureaux…
Le chat est resté dehors jusque 8 heures puis a dormi.
Pierre a pris quelque chose pour souper puis est parti aux scouts.
Il a plu tout le temps.
"

Ainsi commence le premier texte écrit par Jacques Brel !... tel qu’il nous l’est rapporté par France, sa fille. On peut en comprendre la confondante simplicité : il a 13 ans aujourd’hui, le 9 avril 1942, nous sommes en famille pour fêter son anniversaire, mais le ciel fait un gris de guerre, et la maman de Jacques part le lendemain à l’hôpital. C’est pourtant un jour lumineux : une vocation est née. Jacques écrira. D’abord pour combler l’absence de sa mère, mais très vite pour « raconter des histoires », et « combattre l’inutile ». Brel deviendra une « langue vivante ».
Dans ce montage élaboré par Jean-Marc Chotteau, deux comédiens, Éric Leblanc, et Carole Le Sone, se partagent des textes choisis, célèbres ou méconnus, « distribués », pour de véritables mises en situations. Car il y a du théâtre dans l’œuvre de Jacques Brel ! Ainsi, « Non, Jef tʼes pas tout seul ! » ou encore : « Tʼas voulu voir Vierzon et on a vu Vierzon !  » prennent ici, théâtralement, une résonance nouvelle mais respectueuse de l’œuvre du poète.
Il importait bien, à travers cette lecture à deux voix, d’éviter toute recherche d’incarnation, (qui eût pu paraître maladroite ou prétentieuse), de l’homme Brel. Il s’agit encore moins de le chanter. Tout juste de faire vivre et aimer cette langue à la fois simple et ciselée dans un spectacle, qui, ponctué de très courts rappels des mélodies, s’efforce de rendre juste compte de la puissance, de l’humanité, de la poésie de « celui qu’on appelait Jacky ».



LES COMÉDIENS

Carole Le Sone, et Éric Leblanc sont deux des plus fidèles compagnons de route de La Virgule. Tous deux formés au conservatoire, l’une à Roubaix, l’autre à Lille, ils sont à la fois comédiens et metteurs en scène, et assurent tous deux au sein de La Virgule une fonction de pédagogue-animateur au sein de ses ateliers-théâtre.
Carole Le Sone après une escapade de cinq années à Moscou où elle a créé deux spectacles pour le jeune public, persévère dans l’écriture de spectacles de contes dont certains sont programmés par La Virgule. Elle est aussi l’assistante à la mise en scène des spectacles de Jean-Marc Chotteau.
Éric Leblanc joue depuis plus de 20 ans dans les spectacles de La Virgule où il est comédien permanent tout en assurant l’animation de son Atelier-Théâtre et de nombre de ses actions de sensibilisation. Son parcours l’a amené à travailler pour des metteurs en scène comme Bourdet, Scharetti, Martin-Barbaz et à participer à de nombreux films pour la télévision et le cinéma.



Paroles de spectateurs

Jean-Marc Chotteau annonce modestement une lecture-spectacle des textes de Jacques Brel. Comme si la lecture-spectacle était un genre mineur. Mais quand le spectacle est épatant, et que les interprètes sont excellents, la hiérarchie s’efface. Le public est heureux, il entend, il écoute. Brel, ça sonne comme neuf, les chansons n’ont pas passé, le futur les rajeunit, et tout de suite le cœur bat bien. « Ça va ! ». »
Les comédiens, jouent avec une sensibilité et une intelligence remarquables. Ils font passer des émotions irrésistibles.
Ces gens-là et Madeleine, comme le personnage de Jef, font pleurer. Avec Les Bonbons, en accent bruxellois, c’est la re(é)création : le rire est dans le cœur. On passe d’un texte à l’autre, connu, moins connu, un tube, un hit, avec fluidité. Et de la variété sans cesse. Pour continuer d’enchanter.
C’est du Brel. Chauffe, Jacky. Merci, La Virgule.

Colette Douces, blog de critique théâtrale et littéraire Passeur du large

Bravo à Carole Le Sone et Éric Leblanc pour leur performance incroyable ce soir. Que de frissons, Brel résonne dans nos têtes et dans nos cœurs. Spectacle à voir absolument, un beau moment chargé d’émotions en perspective.
Flore Trentesaux, spectatrice de La Virgule

Une expérience à partager absolument. Frissons, yeux qui s’écarquillent comme des enfants. Un très beau moment, en suspension, hors du temps. Bravo aux deux comédiens et à Jean-Marc Chotteau pour ce cadeau, et merci. Brel était là... magique !
Brigitte Derin, spectatrice de la Virgule